DAX-a-pied

DAX-a-pied

LES MAIRES DE DAX


les maires de 1189 à 1700

Pierre SAINT PAUL (de)  1189   
Guilhaume SALIE (de)  1227   
A. W. PORQUET  ou Lorquet 1234   
Garsias Arnaud GOS (de)  1241   
Raymond Arnaud EN MAISONNAVE  1266     
BRUN SAYE  1270   
EN GUILIBERT d'OU MAR  1275   
Simon TORTE (de LA)  1276       
EN GANARNAUD de GOS  1278     
Arnaud EN MAISONNAVE  1280     
TARTAS (de) petit fils de Raymond Arnaud comte de Tartas 1283     
EN B. DO PUIOU  1284   
EN JOHAN de CABANNES  1287   
Jean HANINGEN (de)  1288   
Jean LABASTE (de)  ou Lodabeau 1290   
Guilhaume POLIGNAC  1303   
Pierre TARRAS (de) Vicomte 1304   
SANSANECIO PODENX  1307   
Pierre TALANCE (de)  1316   
EN DOMENJON de LAVIE  1324   
Bernard DOUS ARRAMPS  1327   
EN PES de PEY  1335   
Jean SAINT GEOURS (de)  1357   
Mathieu GOS (de)  1358   
Arnaud GUILHEM  1359   
Malambic SAINT GEOURS (de)  1360   
EN BERNARD de SERROS  1362     
EN JEAN de TOSSE  1363   
EN BERNARD de SERROS  1371   
Jean SAINT GEOURS (de)  1387   
Antoine EN BEDOREDE  1392   
Antoine HINX (de)  1394   
EN BERNARD PORTAU  1397   
EN BERNARD TOZEN  ou Tozin 1399   
Arnaud AGES EN PES (d')  05.1400   
EN GASSARD d'OROU  08.1400   
Pierre Arnaud AGES (d')  1401   
EN BERNARD de PORTAU  1402   
EN GASSARD d'OROU  1403   
Pierre Arnaud AGES (d')  1407   
Guilhaume FABARS  1428   
Hispan POY (de)  1442   
Bertrand A DE SERCA  1445   
Guilhaume BEZOUDAN (de)  1453   
Bernard MAISONNAVE  ca 1455   
Guilhaume BRUN de TILH  /1499   
Brun SORT (de)  1499   
Arnaud BAILENX (de) Seigneur de Poyanne 1516   
Loup POUILHAUT (de)  1524   
Jean DAYROSSE  ca 1530   
Jean SERRES  ca 1530   
Bernard BEAULIEU (de)  Seigneur de Nénesse 1531   
Amanieu LABORDE (de)  ca 1535   
Etienne LABROCHE  ou Brochas 1552   
Etienne BORDA (de)  1571   
Etienne LABORDE  1602   
Laurens LALANE  1607   
LALANNE (de)  1612   
Bertrand BORDA (de)  1617   
Saubat BORDA (de)  1626   
Jacques François BORDA (de)  1653   
Jean Nicolas LAGOEYTE  1692   
 DAILLENCQ  11.1712   

18/03/2014
0 Poster un commentaire

max moras

en construction


23/01/2014
0 Poster un commentaire

Raphaël MILLIES-LACROIX 4-12-1850 / 12-10-1941

Ces circuits ont été inspirés par la brochure écrite par Raphaël MILLIES-LACROIX en 1933 intitulée "la petite histoire de Dax"

Ces circuits dans les rues de Dax se sont aussi largement enrichis à la lecture de l'excellent livre d'Hubert Delpont "Dax et les Milliès-Lacrois, l'aventure Thermale" chez les éditons d'Albret. Hubert Delpont est non seulement un historien mais aussi un conteur et son livre est captivant. Il vous servira de guide pour votre visite des rues de Dax où R. Milliès-Lacroix a mené son action de maire avec le conseil municipal de l'époque. Un index à la fin du livre vous permet de trouver les informations selon le site où vous vous arrêtez.

Raphael-MILLIES-LACROIX.jpg

Ces circuits bénéficient aussi de mes observations lors de mes visites à pied dans Dax. N'oubliez pas de prendre un plan de Dax à l'Office du tourisme pour vous y retrouver dans les rues visitées. 

PLAN DES DEUX CIRCUITS "RAPHAÊL MILLIES-LACROIX"

 

circuit Raphaël Milliès-Lacroix.jpg

 

 cliquer sur la carte  pour l'agrandir

 

SOMMAIRE

CIRCUIT 1

 1 - Départ au bord de l'Adour, côté parc Théodore DENIS OU PARC DES ARÊNES AUTREFOIS PARC DE LA PLANTATION

2 - PREMIERE CEINTURE PERI-URBAINE DE LA VILLE à partir du boulevard Saint Pierre

3 - cours Pasteur : CRÉATION DE L'ECOLE CARNOT

4 - rue Sully : CREATION DE L'ECOLE SULLY

5 - place de la cathédrale : INAUGURATION DE LA STATUE DE BORDA

6 - place de la cathédrale : RESTAURATION DE LA CATHEDRALE

7 - cours Galliéni : CRÉATION DE L'ECOLE GALLIENI

8 - cours Foch  : CONSTRUCTION DU CASINO ET DE DAX SALINS THERMAL

9 - allée des Baignots et du Bois de boulogne : CREATION DU BOIS DE BOULOGNE

fin du parcours n° 1

CIRCUIT 2

 départ de l'allée du carrefour allée des Baignots/boulevard Carnot

10 - SECONDE CEINTURE PERI-URBAINE DE LA VILLE

11 -  place Saint Vincent : EGLISE SAINT VINCENT

12 - avenue Paul Doumer : CREATION DE L'ECOLE PRIMAIRE SUPÉRIEURE (E.P.S.) futur lycée de Borda

fin du parcours par les rues évoquant des figures renommées de la ville de Dax :

- avenue Francis Planté et boulevard Claude Lorrin

retour au centre ville par l'avenue Georges Clémenceau.

---------------------------------------------------

A la lecture de ce parcours et du livre d'Hubert Delpont, on voit combien Raphaël Milliès-Lacroix, avec son expérience d'homme de terrain et de négociant, a développé la ville dans plusieurs orientations : 

- l'instruction et l'éducation laïque en créant plusieurs écoles

- le développement de l'activité thermale  et du tourisme

- le soutien de l'esprit de la fête, et en particulier la tauromachie, comme lien entre les citoyens

- la restauration de monuments religieux importants de la ville : la cathédrale et l'eglise Saint Vincent de Xaintes. alors qu'il était anticlérical et qu'il était pour la séparation de l'Eglise et de l'Etat 

Ce qui prouve que son style était "laborieux, impartial et juste" (H.Delpont- Dax et les Milliès-Lacroix" p.55)

 ---------------------------------------------------

CIRCUIT 1 

1 - Départ du bord de l'Adour, côté du Parc Théodore Denis ou parc des Arênes autrefois appelé "parc de la plantation" avec ses grands arbres et les derniers remparts.

 Comme l'explique H. Delpont dans son livre (pages 113 -114) ".. La mue de la plantation en ce qui est aujourd'hui Ie Parc Théodore Denis reste comme l'un des plus grands succès de Raphaël. L'idée paraît pour la première fois en novembre 1888 sous la plume d'un rédacteur anonyme qui, imaginant «Dax ville d'eau et station hivernale», rêve de transformer la vaste plaine inondable en amont de la ville entre ses remparts et la rivière, en une longue promenade gazonnée et fleurie. Mais pour y parvenir, il faut l'exhausser de plusieurs mêtres. En 1891, Ie projet vient en discussion a l'occasion du choix de l'emplacement des futures arênes. Le 1er avril 1893, Ie conseil municipal décide que les arênes seront construites à la Plantation, malgre Ie surcout lié à sa surélévation. Mais où trouver les matériaux nécessaires ? Ceux résultant de la démolition du chateau ayant à peine -permis de combler les fossés, certains verraient bien que les 40 000 m3 des derniers remparts servent à l'exhaussement. Mais ils sont classés et on ne peut y toucher. Le maire a son idée. Au cours de la visite de Sadi Carnot en 1891, certains s'étonnent que son premier désiderata envers Ie président de la République soit l'amélioration de la navigation sur l'Adour. Quel rapport avec la Plantation ? Deux ans plus tard, en décembre 1893, il publie un projet d'exhaussemene dans lequel il prévoit d'utiliser 150 000 m3 de sables dragués dans l' Adour pour porter la Plantation à 5,80m au-dessus de l'étiage, Ie dragage de la rivière permettant ainsi de faire d'une pierre deux coups: améliorer la navigation tout en faisant naître Ie parc municipal. Cerise sur Ie gateau, en 1896, Raphaël obtient de I'Etat, à titre tout-à-fait exceptionnel, que ce dernier s'engage à fournir en deux ans une subvention en nature de 110 000 m3 de sables. Limitee à l'abattage des arbres et à la dérivation de I'Estey, la participation de la ville est dérisoire. Le parc est un véritable cadeau de I'Etat. En juin 1899, les terrassements du chantier de la Plantation commencent. Une voie Decauville (chemin de fer à voie étroite) destinée au transport des sables sillonne les 5 hectares entre l' Adour, les remparts et l'ancien lit de I'Estey. On procède même à l'exhaussement du terrain des futures arênes, qui se trouve à cheval sur l'ancien lit. La création de ce parc sera la demière réalisation de Raphaël Milliès-Lacroix.

En passant dans le parc Théodore Denis aujourd'hui, on ne peut manquer de se souvenir de tout le travail qu'il a fallu réaliser pour faire de cet espace insalubre et inondable, un parc de détente et de repos.  La parc TH. Denis a été nommé ainsi en 1961. Il porte le nom de celui qui, fils de pharmacien, licencié en droit à Bordeaux en 1881 devint avocat et bâtonnier de l'ordre des avocats de Dax, puis maire de Dax de 1902 à 1908. Il était républicain, ami de jeunesse, soutien puis concurrent politique mais toujours ami de Raphaël Milliès-Lacroix au gré de ce qu'Hubert Delpont appelle 'les joutes communales" et les jeux politiques très animés dans ces époques où l'on n'hésitait pas à se battre en duel  quelquefois même pour un mot malheureux mais toujours pour "sauver son honneur" ! 

 

2 - PREMIERE CEINTURE PERI-URBAINE de la ville à partir du boulevard Saint Pierre

 Cette première ceinture entoure ce qui aujourd'hui est le centre (coeur)  de la ville de Dax sur le tracé de la plus grande partie des anciens remparts. Elle commence au boulevard Saint Pierre et se termine au balcon de l'Adour en passant par le cours Galliéni.

Boulevard Saint Pierre nommé en 1935. C'était avant 1935, le cours Albert 1°. Il longe l'ancien tracé des remparts depuis le rond point Paul Lasaosa et des sports, près du parc Théodore Denis et des arènes jusqu'à la place des Salines et la place Saint Pierre (autrefois place Wilson). La place Saint Pierre est ainsi nommée en souvenir de la paroisse dont l'église primitive (Saint Pierre de Vic au V° siècle) et le cimetière occupaient l'emplacement de la place. Elle fut détruite par le comte de Foix en 1296. (Dax au fil des rues - centre généalogique des Landes) 

. Au début du boulevard, on peut voir les Bains Saint Pierre, un excellent centre de soins pour les rhumatismes, la phlébologie et la fibromyalgie. voir la page  "quartier centre ville - les bains saint pierre, autrefois, aujourd'hui"

sur la place Saint Pierre, tourner à droite en longeant l'espace vert de la place des Salines, passer à droite devant les remparts. Vous arrivez à l'école Carnot 

3 - CREATION DE L'ECOLE CARNOT

 

HPIM0569.JPG    écolecarnotdax.jpg

 L'école Carnot aujourd'hui                    L'école Carnot autrefois dans le bâtiment des religieux de la         

                                                                 congrégation des Barnabites

 

L'école Carnot est aujourd'hui fermée. C'est ce que dit l'ardoise devant la porte d'entrée où le professeur et les élèves ont été dessinés en trompe-l'oeil. La police municipale a pris le relais des élèves d'autrefois. 

Revenir sur la place Saint Pierre, passer devant les Thermes Bérot et entrer dans la rue Louis Barthou  où se trouve l'école Sully au n° 2

4 - CREATION DE L'ECOLE SULLY . Comment cela s'est-il fait  ?

présentation en cours de construction

Prendre ensuite le cours JOFFRE

- le cours joffre (anciennement Cassourat "plantation de Chênes" était au XIX° siècle un faubourg de la ville. 

qui est le maréchal Joffre ? Joseph Jacques Césaire Joffre, né le 12 janvier 1852 à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) et mort le 3 janvier 1931 à Paris, était un officier général français pendant la Première Guerre mondiale, artisan de la victoire alliée lors de la bataille de la Marne et de la stabilisation du front nord au début de la guerre. Il a été nommé maréchal de France en 1916.

C'est aussi un des responsables militaires les plus controversés du xxe siècle, notamment en raison de l'emploi de la stratégie militaire de l'«offensive à outrance», extrêmement coûteuse en vies humaines pour des résultats relativement médiocres sur le terrain, notamment lors de labataille des frontières et de la bataille de la Marne. En 1916, il est alors remplacé par le général Nivelle. En 1918, il est élu à l'Académie française. (Wikipedia)

Aller ensuite sur la place de la cathédrale

 5 - Vous devriez y trouver LA STATUE DE BORDA. Mais elle a été changé de place, elle a été refaite en pierre et se trouve maintenant sur la place Thiers La première statue de la place de la Cathédrale a été fondue par les allemands pour récupérer le bronze !

 Hubert Delpont raconte (p.73,74,75) dans "Dax et les Milliès-Lacroix" comment Raphaël Milliès-Lacroix s'est démené pour  aller voir à Paris le sculpteur Aubé, pour négocier le prix de l'oeuvre, pour lancer une souscription et pour faire cadrer le voyage  du Président Carnot avec l'inauguration de la statue. Lors de l'enlèvement du voile, Milliès-Lacroix peut s'exclamer : "vous avez bien représenté Borda tel que nous nousl'étions toujours figuré…Debout sur la place publique de la ville où il est né, il va désormais servir d'exemple et d'enseignement aux générations qui arrivent". 

 

dax -statueborda.jpeg

 6 - RESTAURATION DE LA CATHEDRALE

Dans son livre "Dax et les Milliès-Lacroix", Hubert Delpont nomme Raphaël Milliès-Lacroix comme "un anticlérical… bâtisseur d'églises"  Des pages 56 à 58, H. Delpont raconte les travaux de "restauration et d'achèvement complet de la cathédrale. (et de l'Eglise Saint Vincent)  Au printemps  1894, le gros oeuvre de la cathédrale est achevé… libérée des baraquements qui l'entouraient, le nouvel éldifice domine désormais le coeur de ville… Le portail gothique, joyau de l'architecture médiévale, classé monument historique sera installé à l'intérieur de la cathédrale en 1896.

   


 

 

 

 

 

 

 

l'ancienne cathédrale gothique s'est écroulée en                        la cathédrale en 1880

1636 et 1644. Reconstruite à partir de 1660, la tour                     la cathédrale en 1908

de bois à droite sert de clocher                                                    la cathédrale en 1960

 

 

aller vers le cours Galliéni jusqu'au n° 11  c'est l'école Galliéni

 7 - CREATION DE L'ECOLE maternelle GALLIÉNI

présentation en cours de construction

 prendre le cours Foch jusqu'au balcon de l'Amour

8 -  CONSTRUCTION DU CASINO ET DE DAX SALINS THERMAL 

 présentation en cours de construction

aller ensuite vers le casino et prendre l'allée des Baignots et l'allée du Bois de Boulogne

9 - CREATION DU BOIS DE BOULOGNE

  présentation en cours de construction

fin du parcours  1

 

CIRCUIT  2

Départ à l'embranchement de l'allée des Baignots et le boulevard Carnot.

10 - SECONDE CEINTURE PERI-URBAINE DE LA VILLE - de l'allée des Baignots au boulevard Claude Lorrin en passant par le boulevard de Cuyès

l'allée des Baignots suit les berges de l'Amour depuis le Balcon del'Adour jusqu'au pont de chemin de fer. C'est l'ancien chemin de Baïonne (Bayonne) , un simple chantier transformé en allée. C'est aussi le nom du plus ancien établissement thermal de Dax (dès le XVIII° siècle) qui se trouvait en dehors des remparts. A la suite de la découverte du péloïde (boue) en 1880, le nombre de curistes s'est accru. On voyait ces curistes - vêtus de peignoirs blancs en laine à capuchon dans les rues de Dax. C'étaient "les Baignots". Un tramway à une cabine permettait de transporter les curistes  de l'hôtel  des Baignots jusqu'aux bains (Dax au fil des rues - centre généalogique des Landes). Aujourd'hui  cet établissement, le plus ancien de Dax, a été fermé a été transformé en appartements Les thermes les plus anciens aujourd'huit sont les "LES BAINS SAINT PIERRE" au pied des remparts. 

cf : http://dax-a-pied.blog4ever.com/articles/131-les-bains-saint-pierre-autrefois-et-aujourd-hui

Remonter le boulevard Carnot jusqu'à la place Saint Vincent

le boulevard Carnot ,  nommé en 1935. C'était le président de la République de 1887 à 1894. Il était assassiné à Lyon par l'anarchiste Caserio. Le 24 mai 1891, il est venu inaugurer à Dax la statue de Jean Charles de Borda et poser la première pierre de l'établissement des Thermes Salins construit à l'initiative du maire R. Milliès-Lacroix (Dax au fil des rues - centre généalogique des Landes).

 

11 - RENOVATION DE L'EGLISE SAINT VINCENT 

 présentation en cours de construction

prendre le boulevard du Collège, nommé en 1935. En 1912 dans le couvent des Barnabites, près de la place Saint Pierre, occupé par l'institut Notre Dame au XIXème siècle, s'installe un collège de filles. Le boulevard du collège longe l'espace occupé aujourd'hui par le collège Léonce Dussarat depuis la place Saint Vincent jusqu'à l'avenue Paul Doumer

et l'avenue Paul Doumer jusqu'au n° 7 où se trouve le lycée de Borda. Cette avenue a été nommée en 1935; c'est l'ancienne route de Peyrouton

Joseph Athanase Paul Doumer, né le 22 mars 1857 à Aurillac (Cantal) et assassiné le 7 mai 1932 àParis, est un homme d'État français, figure importante de la IIIe République de par son élection, en1931, à la présidence de la République.

12 - C'est sur cet espace que R.Milliès-Lacroix fit construire L'ECOLE PRIMAIRE SUPERIEURE (E.P.S.) qui deviendra le lycée de Borda

aller vers le boulevard de Cuyès (nommée en 1935) - 

Lorsque I'imperatrice Eugenie s'arreta en gare de Dax pour inaugurer la ligne de chemin de fer, Julien Bonnecaze, conseiller municipal, lui offrit un bouquet de fleurs cueillies dans la serre de Peyrouton à Cuyès. La fille de celui- ci épousa Ie député Gustave Loustalot auquel un nom de rue fut attribue en 1935. C'est aujourd'hui Ie boulevard de Cuyès. Cuyès, devenu boulevard, était autrefois un immense dépotoir dans lequel poussaient, au milieu des détritus végétaux, de nombreuses citrouilles  ,d'ou ce nom qui en est la traduction gasconne ("champ de citrouilles"). (Dax au fil des rues - centre genealogique des Landes) 

prendre ensuite l'avenue Francis Planté (nommée en 1935 -  ancienne route du Gond, de l'avenue Victor Hugo au passage à niveau du Gond) 

 Francis Planté est un grand pianiste, né le 2-3-1839 à Orthez, décédé le 19-12-1934 à Saint Avit. 

Il était Ie fils de Pédro Planté et de Léonore Lafitte-Labère. Son père, très musicien, sent en son fils Ie goût de la musique et décide, en septembre 1840, de partir pour Paris afin de pouvoir donner à son fils les meilleurs professeurs. Dès I'age de 4 ans, il suit les cours d'une ancienne élève de Liszt, Mme de Saint-Aubert, qui perçoit très vite les dons exceptionnels chez son tout jeune éiève et sait exiger les efforts nécessaires pour les exploiter au mieux. A sept ans, il se produit pour la première fois en public lors d'une loterie de bienfaisance. Son interprétation de la troisième sonate de Beethoven lui vaut I'attention et I'intérêt de tous. En 1849, admis auditeur au conservatoire de musique et de déclamation, il suit les cours d'Antoine Marmontel. Apres deux années de travail, ii obtient Ie premier prix au concours. Dès I'age de 13 ans, iI donne des concerts de musique de chambre et remporte Ie plus vif succès. C'est Ie nouvel enfant prodige. II continue à travailler et à donner des concerts. Désormais, il fait partie du monde musical parisien, fréquente Ie salon de Mme Erard ou il côtoie Nicolas Rubinstein, Gounod, Wagner, se lie d'amitié avec Rossini et Liszt dont il interprète les oeuvres. En 1861, il participe à Londres aux matinées musicales et se produit chez Ie duc de Westminster. Désormais, commence sa longue carrière de virtuose. II joue dans toutes les capitaies d'Europe et en Russie. Partout, il enthousiasme son public. C'est I'idole du moment. Marmontei disait: «II excelle dans I'art de moduler et nuancer Ie son ». C'est Ie pianiste romantique type, interprète idéal de Chopin, Schumann, Mendelssohn, Liszt. Rossini lui écrivait: « Vous possédez ce que I'on ne peut acquérir, I'élégance du sentiment et I'exécution de I'artiste consommé». Ses mains longues et fines possédaient un toucher d'une très grande sensibilité. Il utilisait la pédale en maître, car disait-il, elle donne "le coloris de l'exécution"… (mémoire des Landes - Bernadette Suau)

 prendre enfin l'avenue Claude Lorrin (nommée en 1935)

Claude Lorrin est né à Cogny dans le Rhone le 9-11-1813 et décédé à Dax le 25 févier 1888 - Il fut directeur d'entreprise. En faisant des sondages à la recherche de sources thermales, Cl.Lorrin a découvert Ie 22/12/1862 Ie banc de sel gemme qui existait sous la ville de Dax. De simple ouvrier il est devenu directeur de I'exploitation. (mémoire des Landes - Bernadette Suau)

En ayant obtenu la concession, iI commença àI'exploiter puis la cédait àun chimiste anglais qui la revendit ensuite àla Société anonyme des Salines de Dax, dont Victor Claude Lorrin (1843-1913), fils de Claude, en fut Ie directeur. (Dax au fil des rues - cente genealogique des Landes) 

Rejoindre le centre ville par l'Avenue Georges Clémenceau


05/12/2013
0 Poster un commentaire

Eugène MILLIES-LACROIX

.


05/12/2013
0 Poster un commentaire

les maires des années 2000

18-6-1995  au 8-3-2008 – Jacques FORTE - biologiste - directeur de laboratoire d'analyse médicale

9-3-2008                            - Gabriel BELLOCQ - retraité de l'Education Nationale


05/12/2013
0 Poster un commentaire

Les maires des années 1900

20-5-1900 au 17-5-1908 – Théodore DENIS. Il décède durant son mandat - avocat

2-8-1908 à 13-12-1913   – Octave LARTIGAU - avoué

07-12-1912                        - Gabriel DESPAX - avocat

30-11-1919                        - Ernest PECASTAING - Médecin

5-5-1921 à 18-5-1929    – Joseph de LAURENS - avocat

19-5-1929 à  20-6-1941 - Eugene MILLIES-LACROIX (avec un  “absent excusé”du 20-12-40 au 11-4-1941

20-12-1941                          - Pierre PRUNETTI - Directeur de l'Ecole Primaire Supérieure chargé de l'enseignement de la morale.

23-8-1944                          - Charles RICHARD président de la délégation spéciale

19-5-1945                        - Eugène MILLIES-LACROIX- commerçant - conseiller général - chevalier de la légion   d'honneur -  élection annulée par arrêté préfectoral du 11-8-1945 en raison de son inégibilité en date du 6-4-1945

27-12-1945 au 26-10-1947 – Paul PUYO maire en raison de l'arrêt du conseil d'état relatif à l'inégibilité de E. Milliès-Lacroix - commerçant

26-10-1947                       - Eugène MILLIES-LACROIX - élection cassée par le conseil d’état par arrêt du 17-03-49 / 7-4-1949  au 11-10-1949   - Paul PUYO maire en raison de l’arrêt du conseil d’état relatif à l’inégibilité de E. Milliès-Lacroix  Paul Puyo est démis de ses fonctions de maire au 11-10-1949. Il est remplacé par H. Carrère

11-10-1949                         - Henri CARRERE

22-10-1949 au 20-3-1959 – Eugène MILLIES-LACROIX

21-3-1959  au 28-3-1977 – MAX MORAS député -  avocat

29-3-1977 au 17-6-1995 – Yves GOUSSEBAIRE-DUPIN sénateur - pharmacien

1995 à 2008                     - Jacques FORTÉ conseiller général - biologiste - Directeur de laboratoire d'analyse médicale


05/12/2013
0 Poster un commentaire

les maires des années 1800

28-4-1800            Jean Baptiste de LARREY

1801                      LACOSTE BEYRIE  

6-6-1801              Jean Baptiste LASSALLE - teinturier

1-1-1807-1813   Jean Marie SIEST - Docteur en médecine

14-1-1813            François DARRIGAN - avocat

24-4-1815           SEPS - avoué

20-5-1815           LAFITTE  - pharmacien

18-7-1815           Charles de LONNE

1-5-1816             DESSARPS 

10-6-1816           Charles de POYUSAN démissionnaire  au 14 décembre 1818 - avocat 

14-12-1818 au 10-9-1830 – Pierre Firmin CAZENAVE (de) - source base léonore - ancien militaire

11-9-1830 à 8-3-1832 – Pierre Michel PLANTER - receveur de taille

9-3-1832             Charles de POYUSAN

24-7-1835 à 9-8-1839 - Jean CASTAGNET

10-8-1839           Charles de POYUSAN en remplacement de CASTAGNET démissionnaire - avocat

18-10-1843 à mai 1848 – Théodore DU POY

Mai 1848            Charles PARDEILHAN - avocat

18-9-1848 à juillet 1850 – Emile DARRACQ

07-1850               Paul SERRES

01-1852 à 11-1-1859 – Charles PARDEILHAN - avocat

12-1-1859 (ou 1858) 27-8-1868 – Augustin DARRICAU - avocat

07-1868               G. CAMPET et Hector SERRES (maire) - pharmacien

28-8-1868           Hector SERRES - pharmacien 

12-9-1870          Eugène GARDILANE, maire provisoire - banquier

23-2-1874          Henri Honoré CHALIER - capitaine gendarme

26-6-1876 à avril 1880 – Eugène GARDILANE, démissionnaire en février 1880 - banquier

12-4-1880          Gustave LOUSTALOT

21-2-1881 à fin avril 1887 – Hippolyte SINTAS - avocat

1°-5-1887 au 26-10-1894 -  Raphaël MILLIES-LACROIX (CF page Raphaël MILLIÈS-LACROIX) - négociant

27-10-1894 - 16-07-1908  - Théodore DENIS suite à la révocation de R. Milliès-Lacroix par le sous préfet des Landes  - né à Saint Paul les Dax le 14 mai 1858 - mort à Paris le 27 juin 1908 - Dans "mémoire des Landes", Bernadette Suau le présente : " 

"Fils d'un pharmacien, licencié en droit à Bordeaux en 1881, avocat à Dax, puis juge suppléant en août 1886. Républicain accusé de tiédeur par Ie directeur du Courrier de Dax, il se bat en duel à I'épée avec celui-ci Ie 22 février1887 dans I'lle des Faisans ; il fut blâmé pour ce duel par la Cour de cassation constituée en conseil supérieur de la magistrature.

Rédacteur du journal Le Dacquois, parlant Ie patois du Sud-Ouest, Denis fut élu député Ie 20 août 1893 par 7257 voix (5129 à Loustalot) comme« républicain »  II fit partie de la commission parlementaire chargée d'enquêter sur I'affaire de Panama. II fut rééelu sans difficulté en 1898, 1902 et 1906.

En 1898, soutenu par Ie maire de Dax, Milliès- Lacroix, Denis se présenta comme « républicain indépendant », en fait radical antisémite. II demandait la révision constitutionnelle, l'impôt global et progressif sur Ie revenu et Ie service militaire de deux ans. II prit la parole à la Chambre dans Ie groupe nationaliste de l'Action libérale sur la question des courses de taureaux et I'antisémitisme. Denis fut violemment anti-dreyfusard.

Maire de Dax en 1899, i1 s'occupa des travaux publics et de I'urbanisme.En 1905, il s'opposa à la loi de Séparation de l'Eglise et de l'Etat.

 recherches en cours sur les réalisations de Théodore Denis en tant que maire de Dax

Voir aussi la page "Raphaël Milliès-Lacroix" qui fut son ami d'enfance, puis son concurrent en politique.

 3-11-1895           Raphaël MILLIES-LACROIX qui refuse mais devant l'insistance du Conseil Municipal, il       accepte les fonctions de maire en novembre 1895

3-12-1899 jusqu'au 17 - 05 - 1908 - Théodore DENIS    (Théodore Denis décède durant son mandat)   - avocat    

 


05/12/2013
0 Poster un commentaire

les maires des années 1700

DAILLENCQ                                        11.1712   
BERNARDET (de)  29.06.1714   
Salomon DARRIEULAT  29.06.1716 
DARRIEULAT  29.06.1717 
LARREY (de)  1718   
Salomon DUTEN  29.06.1720   
ORO (d') Baron Seigneur de Saint Martin 29.06.1722   
SAINT MARTIN (de)  1723   
ORO (d') Baron Seigneur de Saint Martin 1724       
BROCHA  1728   
ARGOUBET (d')  1730-1736   
Jean Baptiste FAURE (de)  1737 - 1739 
MONDENX  29.06.1741   
Jean Nicolas DUPUY SAUVESCURE  1744   
LARREY  29.06.1754   
LASSALLE de BRAT  29.06.1756   
DUBOUCHER  29.06.1758   
LAURANS HERCULAR  29.06.1760   
BOUSSAT de SALLE  29.06.1764-1766    
Jean BORDA (de)  Seigneur de Josse dit Borda Josse 03.05.1768   
Jean Baptiste BORDA (de)  1771   
DARGOUBET  1773-1776   
BEDOREDE (de)  1779   
SAINT PAUL  1782   
LAURENT (de) Chevalier de Saint Louis 1785   
DUOUIS de SAUVESCURE  1785   

Jean Baptiste de LAURENS-HERCULAR(1789 au 30-1-1790) Le premier maire de Dax après la révolution de 1789 semble être Jean Baptiste de LAURENS-HERCULAR-Fils de Joseph Jean de LAURENS et de Dorothée d'ORO. Né le 18-5-1758 il est décédé en 1841 à l'age de 83 ans.  Il était officier de marine et propriétaire-rentier - Marié le 17 mars 1784 , à la chapelle du chateau à Saint Pandelon, à  Françoise Eugénie de BORDA 1761-1812  il a eu 7 enfants.

Henri BACHELIER de TALAMON- 1790 - démissionnaire pour raisons de santé le 6/11/1790

PLANTER -11-1790 -  receveur de taille - démission pour cause d'empêchement le 28/11/1790

Jean d'ARGOUBEt - 1790

LUCAT - médecin - 14-6-1791

SAINT PAUL 24-12-1791

 MESPLET - maître chirurgien - 7-5-1792

RAYMOND BAFFERT -  maitre apothicaire - 11-12-1792

 LAFITTE -  pharmacien - 9-9-1793

SALLENAVE -  marchand - 01-1794

KELIIR - précepteur - 13-12-1794

Pierre LONNE (de) - 11-05-1795 Chevalier Saint Louis

SALLENAVE - marchand -24-12-1795

 LACOSTE-BEYRIE - jusqu'en 1800 

Jean Baptiste LARREY (de) 28-04-1800

 

 

 

 

 

 


05/12/2013
0 Poster un commentaire

Les maires de Dax : accueil

L’histoire des villes est celle de ses habitants mais aussi celle de ses maires et des conseils municipaux qui les façonnent selon les époques et les circonstances.

A travers la connaissance de Dax par ses rues, vous trouverez quelques circuits de promenades à pied, basés sur les réalisations de quelques uns de ses maires successifs.

Vos visites à pied prendront alors corps et couleurs avec la vie des dacquoises et des dacquois  selon les époques à travers leurs maires.

 

 

La mairie de Dax est l’une des plus ancienne de France. Elle date de 1189.

Le premier maire (ou Capdel) de Dax s'appelait Pierre de Saint-Paul et, après lui, 148 maires se sont succédé, sans aucune interruption.

 


05/12/2013
0 Poster un commentaire

Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser