DAX-a-pied

DAX-a-pied

Propositions de nouveaux noms de rues

Pourquoi proposer  des nouveaux noms de rues ?

 

Comme l'écrit un ancien maire de Dax dans "Dax au fil des rues" publié par le centre généalogique des Landes et disponible à la Bibliothèque de Borda :

 

"Les noms des rues… sont notre berceau, notre histoire et contribuent à nous apporter un passé, des souvenirs. Dax change, Dax bouge, Dax évolue...  Bien souvent le nom d'une rue, d'un quartier se rattache à une histoire, à un personnage et nous permet ainsi de faire le lien avec le passé, avec des faits qui ont marqué les Dacquois qui nous ont précédes, avec nos racines. "Jacques Forté

 

Le numérotage des maisons et les plaques avec les noms des rues ont commencé en 1818. C'étaient des plaques en fer blanc avec des attaches en fer. Les plaques des noms des rues ont été faites par les Hauts Fourneaux des forges et laminoirs d'Abbesse à Saint Paul lès Dax. Les rues sont numérotées en partant de l'Adour, en parallèles et perpendiculaires, comme dans plusieurs villes ayant une rivière en leur sein. 

 

Comment les rues sont elles nommées ? 

1) tout d'abord selon la coutume. On désigne les artères de la ville par référence au logis de quelques personnages importants, exemple : rue Cazade, rue de la maison des Cazade

 

2) sur l'intervention de la population. Exemple : en 1923, une lettre des habitants au maire demande que l'on nomme les nouvelles voies ouvertes : Joseph Darqué, Marie Fargues, Poyanne..

 

3) surtout lors de l'expansion de la ville et de la construction de nouveaux lotissements.  On modifie des noms de rues comme en 1935 où sous la mandature de R. Milliès-Lacroix de nombreuses modifications ont été apportées.

En 1938 : la commission d'appellation des rues, composée d'adjoints au maire, de conseillers municipaux, du directeur de la voirie, du directeur del'octroi, du directeur du bureau d'hygiène, du délégué de la société de Borda précise ses objectifs :

- définir le commencement et la fin des rues

- donner un nom de bienfaiteur, souvenirs et faits importants locaux (Lesparre, Toro)

- puis célébrités dacquoises, landaises et hors département

- appellations générales et lieu-dit. (maisons, végétation, fleurs, plantes, pays, villes )  

 

4) sur intervention de l'administration de la poste  pour faciliter la distribution du courrier. En 1960,  une lettre de l'inspecteur central de la poste signale les anomalies dans la distribution  postale : des voies différentes ont une même dénomination, des voies n'ont pas de dénomination ou sont nommées par un organisme privé, et des maisons sont sans numéro. Dans ces courriers, certains remercient, d'autres demandent et signalent, efin d'autre critiquent. 

 

4) par commodité - Lorsqu'un propriétaire céde ou vend des terrains ou des immeubles à la ville afin de permettre la percée d'une rue ou l'aménagement d'une place le conseil municipal lui donne son nom, exemple Lebas, Ballande, Brostra, Jogan, Jules Bastiat, Léon Despax, Maurice Bernadet.

 

5) pour honorer des bienfaitrices et bienfaiteurs de la ville, exemple Amélie Charrière, molia etc...

 

En 1960, la commission d'appellation propose de nouveaux noms pour les nouvelles rues. Motifs exposés : 

"Depuis plusieurs années, la ville de dax s'étend, des quartiers nouveaux se créent avec des lotissements importants. Les habitants de ces nouvelles parties de la ville, demandent instamment pour la facilité des adresses que les rues ainsi créées resçoivent une appellation appropriée. Déjà la société de borda alertée en 1957 a émis Ie 4/4/58 une proposition de noms de personnes à qui la ville se doit de conserver un hommage. Ce projet malgréson intérêt incontestable apparalt toutefois insuffisant. Pour Ie compléter nous proposons de réviser les suggestions de la commisison spéciale de la société de Borda et de les utiliser.

La ville est entourée de faubourgs; ces derniers étaient autrefois dénommés de façon très nette certains noms de lieux existaient. Pourquoi ne pas les conserver puisqu'ils sont connus afin de dénommer une rue du même quartier. Divers maires se sont succédés dans l'administration de la ville; certains figurent déjà sur les plaques des rues, d'autres sont restés inconnus. Pourquoi ne pas les reprendre ? Enfin il faut surseoir à débaptiser certaines rues les changements étant très discutés . Ces éléments de recherche ajoutés aux propositions de Borda peuvent permettre une diversité d'appellation d'un nombre suffisant pour satisfaire les demandes actuelles. Certaines villes ont pris pour des quartiers neufs des noms de fleurs ou d'arbustes. Ce serait très bien si les plantations bordant ces rues concordaient avec les noms donnés ou si les riverains s'engageaient à fleurir leur jardin conformement au nom de la fleur donnee.'"

 

6) sur intervention de politiques ou d'ecclésiastiques , exemple : le Dr M.Plantier, député, se réjouit de cette nomination de la rue Mauvoisin. Le maire Max Moras lui répond "j'attends qu'une nouvelle rue soit ouverte pour réaliser mon projet. Mon vieil ami le Dr Mauvoisin qui mérité bien" ou bien en 1968, dans les courriers reçus à la mairie pour baptiser un nom de rue, l'évêché propose le nom du cardinal Itier et du père Peybore. Itier ne fut pas retenu mais Peybore a une rue à son nom.

 

7) et par facilité, on utilise alors soit les noms de la flore et de la faune trouvée dans le lieu, des animaux etc... 

Il semblerait qu'il y ait eu à la mairie une commission d'appellation des rues, mais qu'elle n'existe plus ou ne fonctionne plus. C'est dommage car cela permettrait aux personne interessées par leur ville de participer à la nomination de ses rues même si la décision finale revient au conseil municipal et au maire. L'objectif est de ne pas trop changer le nom des rues afin de ne pas changer les habitudes  des populationsqui doivent intégrer le nom des rues.

A l'heure d'internet où l'on trouve le site de la mairie et de facebook, pourquoi ne pas créer une page de consultation de la populatin sur le nom des rues. 

 

La découverte de la richesse du patrimoine historique de Dax, lors des promenades à pied dans les rues et des différentes lectures ont fait ressortir une question :

 

- comment se fait-il que certaines personnes ayant marqué la vie de Dax n'ont pas leur nom dans une rue alors que sur 412 rues il y en a 21 qui portent des noms d'animaux, 41 des noms de fleurs et de plantes, 8 des noms de villes et de pays et 5 de natures diverses soit 75 rues. ?

 

Cette page collectionne les propositions diverses pour nommer de futures rues ou en renommer des anciennes :

 

CHARLES CORTA, (1805 - 1870) un landais qui a servi deux empereurs. Avocat, conseiller municipal de Dax, membre du conseil général des Landes, Charles Corta fut nommé sous-préfet par le roi Louis-Philippe…il a, entre autres actions  favorisé la construction des routes et des ponts, facilité l'aménagement des voies navigables, l'arrivée du chemin de fer à Dax, la politique sociale et l'instruction publique. Sur 500 pages, Anne de Beaupuy, descendante de Charles Corta et Claude Gay retracent la vie, des landes au Mexique de cet homme qui mériterait bien d'être nommé dans une rue de Dax. (cf Charles Corta, le landais qui servit deux empereurs (1805-1870) - L'Harmattan

 

RAPHAEL MILLIES-LACROIX. Son fils Eugène Milliès-Lacroix a une rue à son nom (suite au cours de Verdun). Compte tenu du travail effectué par Raphaël Milliès-Lacroix lorsqu'il était maire de Dax, ne serait-il pas justice de nommer cette rue  : Raphaël et Eugène Milliès-Lacroix

 

RENÉ (d'AVEZAC) DE CASTERAcélèbre compositeur, René (d'Avezac) de Castéra est un compositeur français né à Dax en 1873 et mort à Angoumé (Landes) en 1955. 

René de Castéra est élève de Vincent d'Indy, Charles Bordes, Alexandre Guilmant et Isaac Albéniz, secrétaire de la Schola Cantorum, fondateur de l'Édition Mutuelle, critique musical, À la Schola Cantorum, il est le condisciple d'Albert Roussel, Déodat de Séverac, etc. René de Castéra participe aux activités de la Libre Esthétique fondée par Octave Maus à Bruxelles ; la plupart de ses œuvres y sont créées, notamment par la pianiste virtuose Blanche Selva. Encensé par les critiques de son temps, il reçoit en 1912 à l'occasion de la création de sa Sonate, les félicitations de la reine des Belges Élisabeth de Bavière (1876-1965). Ses œuvres sont également interprétées à Paris, dans le cadre de la Société nationale de musique.La même année 1912, le peintre Maurice Denis le fait figurer sur le médaillon de La Sonate pour la décoration du Théâtre des Champs-Élysées. (Wikipedia). L'immense carrière de ce dacquois mériterait bien d'être honorée par son nom donné à l'école de musique de Dax. 

 

Henri CROUZET - (1817-1880) - membre du conseil municipal de Dax

selon J.P. Mabille, auteur de "histoire de la gare de Dax et des stations environnantes" : "Le 8-4-1846, l'Ingénieur des Ponts et chaussées H.CROUZET est chargé par Ie Ministre des Travaux Publics d'étudier quelques variantes concernant les différents tracés de chemins à rails de fer entre Bordeaux et Bayonne. Henri CROUZET est Polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées, il est en poste à Dax de 1841 à 1863...

... II fut, comme directeur général du Domaine impérial des Landes en 1857, l'instigateur, Ie conciliateur, le conseiller de l'Empereur NAPOLEON III concernant l'étude du tracé de la ligne de chemin de fer reliant Bordeaux à Bayonne en passant par DAX.  Le 20-12-1846. Le Conseil Municipal de DAX prend position pour le passage du chemin de fer et vote à l'unanimité le rapport de leur Maire. Au printemps 1852, sur les conseils de M. CROUZET, l'Empereur NAPOLEON III impose le passage de la voie ferrée par Labouheyre, Morcenx et Dax…

Afin d'alimenter ses établissements, la Compagnie des chemins de fer a fait construire des routes agricoles pour faciliter, par des attelages, le transport du bois de la forêt aux stations. En effet, la création de la voie ferrée dans les Landes a généré l'ouverture des routes agricoles à travers la Lande pour relier les différents centres d'activité à la voie ferrée Bordeaux.-Bayonne, Elles étaient le complément indispensable de celle-ci. EIles ont pour but : de faciliter l'exploitation forestière, de favoriser la plantation de semis de pins dans la Lande inculte et d'assainir les Landes en facilitant l'écoulement des eaux pluviales. Les noms de NAPOLEON Ill, de CROUZET et de RITTER sont intimement attachés à la construction des routes agricoles. Cinq années furent nécessaires à l'ingénieur RITTER pour mener à bien, la construction de 12 routes dans Ie département des Landes, d'une longueur totale de 290 km, en collaboration étroite avec la Compagnie du Midi, maitre d'oeuvre en la matière. C'est elle qui, grâce à des trains spéciaux de cailloux (carrières de Saubusse) construit ces routes ... Ces routes agricoles sont aussi les ancêtres du circuit routier qui se mettra en place progressivement et qui remplacera Ie transport fluvial...

Il dirigera aussi les travaux améliorant la navigation sur l'Adour tout en élaborant, puis supervisant la construction du grand pont à Dax sur l'Adour  en 1858 en remplacement du vieux pont en bois...

Dans cette même période, ce sera encore lui qui inventera le puits filtrant ("puits filtrants à parois imperméables) en 1855, car à l'époque, il était très dangereux de consommer de l'eau autrement que d'une fontaine ou d'une source. Passionné d'hydrologie, il définira les règles à respecter pour l'assainissement des landes.

Après 1870,  il est considéré à tort comme "principal" collaborateur  de l'Empereur vaincu" et d'être regardé comme responsable de la loi qui mit l'entretien des route agricoles à la charge des départements. Il cesse toute activité à 90 ans et se retire à Lit-et-Mixe.

 

- Le docteur Henry CARRERE est présenté dans le journal des Barricaïres deu Sablar n° 2 (2000):

"Henry Carrère voit le jour le 7 juin 1906 à Saint Sever. Son père Jules est président du tribunal de grand instance. Enfant studieux, il décide de devenir médecin et fait ses études à Bordeaux. Il passe ses examens avec succès et ouvre son premier cabinet à Saint Sever, mais assez rapidement vient s'installer dans la cité thermale au sablar. Il se marie avec Germaine Barbot et ont trois enfants…

Son père Jules Carrère avait fait la connaissance à Verdun pendant la "grande guerre" de Joseph Barbot, expert géomètre, un des pères de la station balnéaire d'Hossegor, qui était marié à Jeanne Laulanné. Quelques années plus tard, leur fille Germaine devient Madame Henry Carrère. Il part pour la guerre. Médecin capitaine d'un poste ambulancier, il est arrêté deux fois et deux fois fait prisonnier. A son retour, il rleprend ses activités de médecin généraliste; il est également à l'lépoque un  des rares diplômés de médecine thermale. Il est surtout chef du service maternité de l'hôpital.

Entré en politique avant la guerre, il reçoit le Général de Gaulle à la Libératon. Premier adjoint de Eugène Milliès Lacroix, il prend sa suite à la mairie pendant 3 ans. Il laisse sa place de maire à Max Moras mais reste son adjoint jusqu'en 71. Médaillé militaire, chevalier de la légion d'honneur, la distinction dont il était le plus fier fut d'être élevé au titre de commandeur du mérite national. Il nous quitte… mais laisse son empreinte sur son Dax et son Sablar… Il s'imposait tout naturellement dans le coeur des habitants de ce quartier. Homme distingué, courtois, au parlé franc et discret, il inspirait respect et confiance. Des enfants qui montaient vers son cabinet … étaient pour la plupart nés dans ses bras. Les personnes âgées retenaient également toute son attention, et il savait mieux que personne dire le petit mot, faire le petit geste qui redonnait le moral et aller de l'avant. Le médecin de notre famille Sablar nous a quitté mais le quartier garde en son âme son "toubib".

 

 

 

 

 

 



15/01/2014
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres